Le guide de votre bien-être à domicile

Qi Gong

Actualités

Le Qi Gong dès la petite enfance : relaxation, concentration et motricité

Dans la pratique, les petits n'effectuent aucun mouvement de gymnastique chinoise. Ils en sont physiquement et psychologiquement incapables. «Il s'agit plutôt d'un éveil corporel par le qi gong, une mise en circulation de la vitalité, de l'énergie», précise François Fournier, enseignant de la discipline dans le réseau La Maison Bleue depuis 2015 et thérapeute psychocorporel. Ce dernier utilise simplement les principes du qi gong pour permettre aux enfants de prendre conscience de leur corps. «Entre 0 et 3 ans, tout passe par là. Dans nos sociétés occidentales, nous l'oublions trop souvent», complète Pierre Salesne, psychologue, psychanalyste et directeur pédagogique du réseau de crèches.
On ne note pas les bienfaits du qi gong immédiatement, ils se traduisent sur le long terme. Naturellement, la discipline optimise ainsi le bien-être des enfants, en leur offrant une pause dans leur journée, un moment rien que pour eux. Elle améliore également leur concentration et les relaxe, «d'ailleurs, souvent certains dorment mieux le soir», relève François Fournier.
François Fournier aime parler «d'un éveil du potentiel de l'enfant», par l'action du qi gong sur la motricité mais aussi et surtout sur les énergies des petits. L'équipe a pu observer des résultats très concrets, notamment dans leur rapport au corps. «On a vu des enfants très timides et pas très bien dans leur corps, gagner en confiance en eux. D'autres, d'ordinaire très excités et animés d'une énergie vive, connaissent des phases de calme. Ils ont appris à diriger leur énergie autrement», explique l'enseignant. «Le qi gong leur permet de prendre le temps pour conscientiser leur corps et ainsi s'en servir au mieux», ajoute quant à lui Pierre Salesne, psychologue et directeur pédagogique du réseau La Maison Bleue.

Le Qi Gong pour lutter contre l’effet du temps

Le Qi Gong est essentiellement un travail sur le souffle pour accroître son énergie et une méthode pour augmenter la circulation énergétique et sanguine dans le corps et la véhiculer dans le corps à travers les méridiens de l’acuponcture.
En d’autres termes, c’est une méthode préventive et curative pour mieux vivre sur le plan physique et mental. Grâce à des automassages, des étirements, des techniques de respirations, le Qi Gong permet de renforcer les défenses immunitaires et atténuer certains troubles comme l’anxiété, l’insomnie, le diabète, la migraine…
Cela pourrait aussi réduire les symptômes associés à la maladie de Parkinson. C’est plutôt au niveau de la prévention et du contrôle des émotions que le QI Gong se révèle être positif pour la longévité.
Tout l’enjeu du vivre plus longtemps et en bonne santé passe par la prévention pour diminuer les risques de maladie. Vivre vieux c’est bien, mais pour pratiquer de nombreuses activités. C’est pour cette raison que le Qi Yong revient à la mode chez les seniors qui veulent pratiquer une activité douce, non brutale qui fait du bien au corps et à l’esprit.
Après une vie active bien remplie, la retraite est un moment privilégié pour se recentrer sur soi-même, le matin vous avez plus de temps pour faire quelques exercices avant de commencer votre journée. Le Qi Gong sollicite vos muscles en douceur et vous apportera beaucoup d’énergie positive. De sa pratique régulière, il a une action bénéfique sur les troubles chroniques (rigidités musculaires, douleurs et arthrose).

Le Qi Gong pour soulager les effets secondaires du cancer

« Le qi gong classique, qui ralentit le métabolisme et active l’énergie vitale (le “qi”) dans le but de prolonger la vie, ne serait pas adapté dans le cadre de la maladie, car il bénéficierait aussi aux cellules cancéreuses », explique le docteur Liu Bingkai, spécialiste de la médecine chinoise traditionnelle, qu’il enseigne à l’université Paris-VI.


Il détaille : « Le qi gong de Guo Lin s’appuie sur trois points : la marche, la respiration et les mouvements des mains que l’on appelle “tâtonnement”. »


• Les pas se décomposent en deux temps : poser d’abord le talon puis dérouler la plante du pied.


• Côté respiration : le premier pas est rythmé par une double inspiration (« Xi »), le suivant correspond à l’expiration (« Hu »), et ainsi de suite. L’hyperventilation provoquée permet d’augmenter la teneur en oxygène du sang.


• Chaque pas s’accompagne d’un léger pivot du corps vers le pied en action, mouvement entraîné par le « tâtonnement » des mains qui se placent successivement devant le nombril puis au niveau de la hanche. Précédé de mouvements de relaxation, destinés à « entrer dans un état de calme », l’exercice doit le plus possible ressembler à une marche naturelle.


Il se décline en plusieurs variantes jouant sur le rythme et sur les gestes et correspondant à différentes étapes du traitement. « Cette méthode aide à manger mieux en regagnant de l’appétit, à dormir bien et à avoir plus de force », explique le Pr Liu Bingkai.

La vibration anti-fatigue en Qi Gong

Position de départ
Pendant le mouvement, votre corps doit être solide, stable et enraciné comme une montagne. Pour cela, placez-vous debout. Vos pieds sont bien parallèles et espacés de la largeur des épaules. Les bras sont relâchés le long du corps. Le dos est bien droit, la tête haute comme retenue par un fil invisible qui vous tire vers le haut. Fléchissez légèrement les genoux. Relâchez bien le bassin et la région des lombaires.

Réalisation
Effectuez des vibrations douces du bassin. Peu à peu ces soubresauts deviennent plus rapides et gagnent tout votre corps des pieds à la tête en passant par les bras qui accompagnent le mouvement. Votre corps fait penser à un ballon qui rebondit sur le sol. Les jambes restent très détendues et souples, comme sur ressorts.
Ne vous focalisez pas sur la technique et la recherche du mouvement parfait. Concentrez-vous juste sur les sensations corporelles et laissez-vous porter par ces vibrations bienfaisantes. Si vous en ressentez le besoin, augmentez l'intensité et la rapidité des vibrations. "Il n'y a pas de mouvement parfait, réfute Ke Wen, experte en tai chi et Qi-gong aux Temps du Corps à Paris. Les vibrations viennent de l'intérieur de soi et se font naturellement, au ressenti".
Réalisez ces vibrations une trentaine de fois jusqu'à ressentir toutes les zones de votre corps se relâcher : dos, bassin, épaules, genoux...

Consignes de sécurité
Gardez une posture bien stable (posture d'auto-grandissement) pendant tout l'exercice avec le dos bien droit et les pieds bien ancrés dans le sol. La poitrine est toujours bien sortie afin de  faciliter la circulation de l'énergie . Durant le mouvement, la respiration est naturelle.

Relaxation : lutter contre la tension artérielle grâce au Qi Gong

Pour les hypertendus, le stress de la vie quotidienne ne fait qu’empirer les choses. Heureusement, il existe des techniques faciles et efficaces pour améliorer l’état de santé. Issus de la culture chinoise, le qi gong et le tai-chi sont des gymnastiques douces à base de mouvements très lents et d’un exercice de respiration qui permet d’améliorer l’effet des traitements contre l’hypertension.

Se lever de bon pied

Pratiqué le matin, le qi gong est un ensemble d’exercices effectués 9 ou 18 fois, tout en sachant que le chiffre 9 cycle coïncide à un cycle. Le tout premier exercice consiste à se mettre debout, pieds parallèles, lever les bras, paumes vers le ciel et se pencher doucement en arrière sur l'inspiration. Expirer en repoussant les mains vers le sol et en pliant les genoux.

Des séances bénéfiques durant les pauses

Pour ceux qui préfèrent s’exercer durant les pauses de midi ou du soir, il existe des programmes de qi gong et tai-chi simples et faciles à réaliser : le premier consiste à presser les doigts sur les tempes. Remonter le long de la racine des cheveux jusqu'au milieu du front en inspirant. Sur l'expiration, redescendre sur le front, puis sur les sourcils. Cela permet de décrisper la peau et avoir un visage plus lisse et détendu. Pour le second, il faut mettre les mains derrière la nuque, pincer les muscles du cou entre les doigts et inspirer. Pendant l’expiration, tirer les mains vers les mâchoires tout en pressant. Effectué en un cycle de 9 ou 18 fois, ces gestes permettent d’enlever les tensions des muscles cervicaux, zone de communication entre le front et la tête.

Enfin, la position assise, bras croisés sur la poitrine et mains sur les épaules, il suffit d’inspirer longuement en gonflant le ventre et expier doucement en le dégonflant pour chasser la fatigue accumulée en fin de journée.

Cancer : le sport aide à mieux soulager la douleur

De récentes recherches publiées dans la Cochrane review ont permis de calculer les effets des exercices physiques sur les personnes qui luttent contre le cancer.

Que ce soit durant le traitement du cancer ou après la guérison, le sport contribue énormément dans l’amélioration de la qualité de vie des patients. En effet, ces derniers souffrent de plusieurs symptômes physiques, psychologiques et sociaux corolaires au traitement du cancer et les études précédentes ont déjà démontré que l’exercice physique est indispensable pour parfaire le bien-être psychologique des victimes de cancer. Mais ces dernières recherches ont réussi à délimiter les taux de survie des patients qui ont choisi de faire du sport pour améliorer leur qualité de vie.

Du point de vue technique, la première analyse a réalisé 56 essais sur 4.826 personnes sous traitement pour divers types de cancer (cancer du sein et de la prostate surtout). La deuxième analyse est le résultat de 40 essais sur quelques 3.694 personnes qui ont fini le traitement. Mais dans les deux cas, les patients faisaient des exercices de résistance et de force comme la marche, le vélo, le yoga et le Qi Gong.

Des résultats concluants

Aux termes des études, les spécialistes ont conclus que l’exercice physique contribue vraiment à améliorer la santé des patients en leur permettant d’accéder à une meilleure qualité de vie, un maximum d’interactions sociales et une fatigue diminuée.

Ainsi, les patients sous traitement ont un meilleur bien-être physique et gagne énormément dans l’estime de soi, le bien-être émotionnel, la qualité du sommeil et la sexualité. L’anxiété et la douleur sont aussi diminuées pour les personnes qui ont terminé le traitement.

Parmi les auteurs des recherches, le docteur Shiraz I. Mishra de l'Université du Nouveau-Mexique (Albuquerque, USA) évoque l’importance du choix du sport : « Toutefois, nous devons considérer ces résultats avec prudence parce que nous avons inclus dans les études prises en compte de nombreux types d’exercices. Nous devons encore identifier les types d’exercices spécifiquement adaptés à chaque cancer ».